Rénovation d’une grille en fer forgé

Publié le Laisser un commentairePublié dans Non classé

De multiples couches de peintures s’ajoutent parfois aux grilles de maisons des années 30. Pour les rénover, si les barres ne sont que vissées, un démontage pour les passer au sablage est approprié. Sinon, un décapage à la brosse et à la flamme est aussi possible. Sur cette grille aux volutes, pointes et barres rivetées, faites à la main par des forgerons, un décapage au métal nu était nécessaire. Pour les trèfles à quatre feuilles, vissées sur les barres, une couche
de peinture fine respectera les nervures.

Cheminées anciennes et mise aux normes

Publié le Laisser un commentairePublié dans Intérieur

 

Il est possible de conserver une cheminée à foyer ouvert, tout en respectant
les normes anti-pollution et augmenter le rendement de chauffage.

Grâce au système d’insert pour foyer ouvert (Finoptim), les normes en matière de particules fines son
t mieux respectées, le chauffage de cheminée traditionnelle est conservé, et le rendement augmente de 30 à 80%.

Cheminée Haussmanienne ou Art Déco, avec marbre et carrelages colorés, des solutions existent et se développent..

Des Vitraux d’Art, dont l’Art Déco…

Publié le Laisser un commentairePublié dans Architecture

Une visite des ateliers Berthier-Bessac dans Grenoble centre a permis de découvrir des vitraux d’art magnifiques, de tout style, dont en particulier l’Art Déco.

Un vitrail d’art possède une durée de vie de 150 ans. Aujourd’hui entreprise du patrimoine vivant spécialisée dans les vitraux classiques ou contemporains, l’atelier Berthier-Bessac nait en 1860, époque où le vitrail redevient la mode avec l’agrandissement des églises, le développement des verreries du Nord, l’influence combinée de la manufacture de Sèvres, de l’architecture romane et gothique et de Viollet-le-Duc.

Apres un ralentissement a partir de 1900, les commandes se multiplient de 1930 à 1950, notamment depuis Les Etats-Unis, ou le savoir-faire français est recherché.

Aujourd’hui, les vitraux Berthier-Bessac sont présents dans 6 000 édifices de par le monde, depuis le Mont-Saint-Michel jusqu’à un orphelinat à Tokyo. Les deux tiers de l’activité sont occupés par les travaux de restauration.

S’y ajoutent des commandes diverses pour des bâtiments publics, des habitations privées, ou des édifices religieux.

Lecture (Sociologie des Arts, sur l’Art Déco)

Publié le Laisser un commentairePublié dans Histoire de l'Art

Le livre « L’Art Déco, une esthétique émancipatrice » d’ Isabelle Papineau, Edition L’Harmatan, 2009 (18 euros).
Avec un plan clair, des dessins, photos, et de nombreux détails .. Dommage que Grenoble ne soit pas cité parmi une ville avec de l’art déco, contrairement à Amiens, Reims, Roubaix, Biarritz, Bourges, Vierzon qui sont cités dans le livre… L’auteur reconnait que « la confrontation à l’architecture art déco interpelle » et souligne bien ce modernisme qui passe par l’esthétique de l’abstraction, des formes épurées, simples, émancipatrices. Comme le dit un chapitre, c’est un « un antidote au pessimisme ». La référence au «  Design industrialisé » correspond à cette renaissance économique des années 1920/30 et ce désir d’élégance et de matières recherchées. L’ auteur cite le logo de Renault (1925) et de Citroën (1931, à double chevron), comme révélateur de cette recherche géométrique. De l’abstraction, comme désir de liberté selon l’auteur.. Et l’usage des triangles, droites, carrés, rectangles comme des parties d’un ensemble cohérent et organique. Bonne lecture…

Le plan d’embellissement de 1925

Publié le Laisser un commentairePublié dans Histoire

Le Plan d’embellissemePlan d'extensionnt et d’extension de la ville de Grenoble en 1925, associé au talent des bâtisseurs, des architectes, au dynamisme des entreprises et des habitants, et aux facilités d'accession à la propriété, fut à l'origine de nouvelles voies et constructions Art Déco (1925) à Grenoble. 1/ Cet extrait de l’exposé de Paul Mistral député maire de Grenoble le 24 Avril 1925 (Archives de l’Isère, ref. D 8°1951) montre son ambition, et cite le souci d'esthétique. 2/ Un autre exposé relatera l' état d’avancement de ce plan lors du conseil municipal du 23 Avril 1929 (ref. Archives de l'Isère D8°1952). Il sera suivi par 3/ un exposé de l’oeuvre de la municipalité de Grenoble 1929 1935 par le maire Léon Martin dans la séance du conseil municipal du 18 Avril 1935 (Archives de l’Isère, D8°1953).

Villas des Années 1930.. La Villa Messidor 1932 à La Baule

Publié le Laisser un commentairePublié dans Loire Atlantique

Oeuvre d’Adrien Grave, diplômé des Beaux Arts (1922), installé à La Baule en 1923. Il recherche dans le style Art Déco un vecteur d’évasion. Il réalise des villas dans ce style enduites au coulis de ciment perlant: Athélia, Cybèle, Rénova, Les Peupliers, Clos Marie (source = Bretagne, XXè, un siècle d’architectures, Terre de Brume, AMAB, Direction Patrick Dieudonné). L’extérieur des villas rappelle souvent un pont de paquebot, thème utilisé pour se démarquer des styles régionalistes (basques, provençal, breton..) très courus alors, et incite au rêve avec un esprit marin et l’agrément de jardins.
http://www.patrimoine.paysdelaloire.fr/patrimoine/detail-notices/IA44000624/

Des maisons de ville de charme et d’histoire…

Publié le 1 CommentairePublié dans Non classé

Ce site est celui des amateurs de maisons de ville et de style, simples ou sophistiquées, dans des quartiers chargés d’histoire, qui mêlent héritage du passé, goût du présent,  et engagement vers l’avenir… Pinotte et Villefrance, sont deux jolis noms sur des cartes de la campagne des Alpes de 1917…C’était un coin de campagne, jouxtant sa capitale dans les années 1920 1930, bâti en préservant sa verdure en lotissement de maisons de style art déco..

La passion des maisons de caractère

Publié le Laisser un commentairePublié dans Non classé

Les lieux, les quartiers, les maisons, ont une histoire .. Chacun peut choisir de l’approfondir ou seulement l’effleurer.. C’est en tout cas toujours une richesse et une intelligence des lieux. Une maison de ville peut revêtir une valeur patrimoniale, économique, ou simplement affective, ou les 3 à la fois.
Mais que ce soit sous l’angle architectural, historique ou familial, il y a dans certains lieux mille anecdotes, vues, faits et chiffres qu’on a plaisir à raconter à partager et à transmettre..